Rechercher
  • catherinelegalery

Deuxième semaine de déconfinement, et vous, ça va comment ?

Ces derniers mois, j’ai été très émue par ce formidable élan vital, qui a conduit nombre d’entre nous à rêver un « monde d’après ». Un monde plein de promesses d’être plus présent pour soi et pour les siens, plus éthiques et plus respectueux de tout. Un nouveau monde, où les priorités individuelles et collectives seraient réorganisées, pour donner davantage de sens à nos vies.


Alors que sont devenues toutes ces déclarations d’intentions ? Sommes-nous vraiment en capacité de mettre en œuvre tout ce dont nous avons rêvé, pendant ces longs mois d’arrêt sur image? Certains d’entre nous sortent du confinement reposés, galvanisés même, et prêts à soulever des montagnes, alors que d’autres sont abattus. D’autres encore, reprennent le cours habituel du quotidien, sans se poser aucune question. Pourquoi de telles différences dans nos réactions ?


J’ai posé la question à Denise Bonnet, Hypnothérapeute Ericksonienne. Denise a accompagné de nombreuses personnes pendant le confinement, et aujourd’hui encore, pendant cette transition vers le déconfinement total, qui pose d’autres challenges encore.



Quels comportements avez-vous observés pendant le confinement ?

J’ai observé deux grandes tendances. D’abord les personnes qui ont une capacité naturelle à se projeter vers un avenir positif. Pour ces personnes là, le confinement a été un moment de ressourcement et d’appréciation du moment présent. Elles ont trouvé les ressources nécessaires pour s’adapter à la situation et envisager la suite avec optimisme. Beaucoup ont d’ailleurs pris le temps de réfléchir, pour se construire une vie plus agréable, se recentrer sur leurs priorités, et parfois même redéfinir une nouvelle vie.

Pour d’autres, le confinement a fait émerger des difficultés insoupçonnées, qui étaient masquées jusque là par une hyper-activité professionnelle, familiale et sociale. Pendant ces longs mois de ralentissement, beaucoup de choses ont émergé : les deuils qui n’ont pas été faits, les traumatismes, les regrets, les doutes par rapport au sens de la vie, telle que les gens l’ont menée jusque là, et bien sûr, la peur de tomber malade, voire de mourir. Le confinement a donc été aussi une formidable opportunité, pour certains, de revisiter leurs blessures et leurs angoisses, pour mieux les intégrer et aller de l’avant .

Comment expliquez-vous les appréhensions liées au déconfinement ?

Certaines personnes ont vécu le confinement comme un moment délicieux de cocooning, qui leur a permis de se recentrer sur l’essentiel. Le déconfinement représente pour elles un retour forcé vers une vie frénétique, dont elles n’ont plus envie, et cela génère des angoisses.


D’autres personnes encore ont tiré des enseignements du confinement et pris des décisions: déménager, changer de travail, travailler différemment, passer plus de temps en famille, divorcer… Aujourd’hui, elles sont face à elles-mêmes, car le temps est venu de mettre en œuvre concrètement les changements qu’elles ont souhaités. Cela peut générer une pression de la réussite pour atteindre les objectifs, qui ont été fixés pendant le confinement. Et peut- être même de la culpabilité, pour celles qui n’auront pas le courage d’aller jusqu’au bout.


Et puis il y a les personnes angoissées car elles se sentent fragilisées par leur état de santé, ou parce qu’elles ont perdu un proche. Pour ces personnes là, le confinement a représenté une véritable barrière de protection physique et psychologique. Comme les messages qui nous ont été adressés étaient lourds de sens « nous sommes en guerre, sauvez des vies, restez chez vous», elles ont tout simplement peur de s’écrouler physiquement et mentalement si elles ressortent.

En quoi consiste l’hypnose?

L’état d’hypnose est un état naturel, dans lequel nous nous retrouvons plusieurs fois au cours de la journée. Par exemple, lorsqu’on est absorbé par une lecture, un jeu vidéo, captivé par un film, en contemplation devant un paysage, ou parti dans une rêverie, bref, lorsque notre esprit vagabonde, nous sommes naturellement dans un état modifié de conscience, un état d’hypnose. Le travail en hypnose permet justement d’accéder à cet état là, en étant guidé par un professionnel.

L’état modifié de conscience est un moyen privilégié de mettre une personne en relation avec des fonctionnements, des connaissances, des compréhensions, qui sont difficilement accessibles sans accompagnement. Ces états facilitent les prises de conscience et les changements de comportements (tabagie, relation à la nourriture…). Ils permettent aussi de faire tomber les freins, de prendre pleinement confiance en soi, et de trouver des solutions créatives à nos problèmes pour enclencher des changements. L’objectif est de retrouver un dialogue positif avec soi, de se reconnecter à ses valeurs profondes, à ce qui nous fait vibrer, et de trouver le véritable sens qu’on veut donner à sa vie.

Comment l’hypnose peut-elle aider dans la situation actuelle ?

Pour celles et ceux qui vont bien, le travail en hypnose peut être un accélérateur de projets. En état modifié de conscience on a pleinement accès à sa créativité, et on peut lever les freins inconscients qui nous empêchent de passer l’acte. On devient plus confiant en ses capacités à s’inventer une nouvelle vie, à oser un nouvel avenir, ou à réaliser un projet qui nous tient à cœur.

Pour celles est ceux qui vont moins bien, l’hypnose permet d’aller visiter ses angoisses, et autres limitations, pour mieux les dépasser. Quand on est en état modifié de conscience on peut prendre de la hauteur, porter un regard plus vaste sur soi, qui permet de trouver des solutions et de surmonter les obstacles.


Propos recueillis le 18 mai 2020.



Denise Bonnet

Formée à différentes thérapies psychocorporelles et spécialiste de l’hypnose Ericksonienne et RITMO (une technique inspirée de l'EMDR traitant les problèmes post-traumatiques).

Pour en savoir plus : www.hypnose-paris-3.com


Quelques ressources :

- Interview de Boris Cyrulnik dans le journal les Echos du 30 avril 2020 : « Revenir au business as usual, ce sera provoquer d’autres catastrophes » (article réservé aux abonnés).

- Article Harvard Business Review : Cette crise nous questionne sur qui nous sommes et ce que nous voulons devenir.

- Journal d’une Hypnothérapeute, Catherine Roumanoff-Lefaivre, Editions Eyrolles

151 vues